Backus French

Photographie gauche : De[9] On peut y lire : « John Backus, chef du groupe qui a développé FORTRAN (1954-57), était un des premiers programmeur SSEC. » Après avoir servi dans l’armée Américaine durant la deuxième guerre mondiale, Backus a reçu a licence scientifique à l’École d’Étude Générale à Columbia en 1949 (et, je crois, il a aussi obtenu un master à Columbia, année inconnue) Il a travaillé dans le Laboratoire de Watson chez IBM à l’université de Columbia de1950 à 1952, et a ensuite mener le e groupe de recherche en programmation IBM, et a été honoré en tant qu’un « IBM Fellow » en 1963. À part FORTRAN, Backus a aussi développé BNF (Backus Normal Form ou Backus Naur Form, une application sur la Grammaire générative aux langages informatiques formels de Noam Chomsky), la langue qui est utilisé pour décrire officiellement les langages informatiques, et était l’auteur principal du rapport révisé Algol 60. Il a pris sa retraite en 1991. Citation du prix ACM Turing :

Pour des contributions profondes, influentes et durables à la conception de systèmes pratiques de programmation de haut niveau, particulièrement à travers son travail sur FORTRAN, et pour la publication séminale des procédures formelles pour la caractéristique des langages de programmation.

John Backus est mort chez lui à Ashland, Oregon, 17 mars 2007.

En 2004, après m’être présenté j’ai eu une correspondance avec lui, qui suit :

____________________________
Date : Mercredi, 31 mars 2004 12:06:14 EST
De : Frank da Cruz <[email protected]>
À : John Backus <[email protected]>
Objet : L’Histoire de l’Informatique à l’Université de Columbia

Bonjour John, content de pouvoir te parler. Depuis la fois où j’étais venu travailler dans l’endroit que nous appelons encore le Laboratoire de Watson, vous avez été un héros local

J’ai rencontré l’informatique et Fortran pour la première fois en 1965 dans l’armée, et j’étais arrivé à Columbia en 1966 (quand IBM était encore basé ici, dans ce bâtiment où je suis actuellement assis, mais à l’époque je ne le savais pas) À l’époque, le Laboratoire de Watson était encore joncher avec des tableaux de connexion, de cartes perforées et petits fils. J’ai toujours le bureau en acier et une pile de manuels MAI de quelqu’un (Ma première expérience en « programmation » était sur le 407).

Paul [McJones] a fait remarquer le truc qu’était la toile sur l’histoire de l’informatique de Columbia.

http://www.columbia.edu/acis/history/

que, je suppose vous avez vu, peut être suivie infiniment par des liens vers des sous-pages sur des personnes, équipement, événements, ainsi que plusieurs livres et articles en ligne. J’ai commencé à travaillé là-dessus quand j’ai découvert que j’étais devenu (presque) la personne la plus âgée ici, et la source préférée de tous de nostalgie.

Quand j’ai commencé à écrire, par contre, je suis devenu beaucoup plus intéressé par les ères de Eckert du Laboratoire Watson plutôt que ce dont je me souviens moi-même. Particulièrement quand j’ai commencé à recevoir des appels et e-mails de vétérans de ces années-là, incluant Herb Grosch, Eric Hankam, Ellie Krawitz, Ken Schreiner, and Seymour Koenig, dont vous vous souvenez probablement (et qui sont pour la plupart accessibles par e-mail), ainsi que beaucoup d’autres des années consécutives à votre départ. Eric vit toujours dans le même appartement, juste au coin de la rue. Ellie est à l’Université de New York. Herb, lui, à l’Université de Toronto.

Cet endroit a une sacrée histoire, qui est pour sa plus grande partie inconnue, sans même parler du reste du monde. Par pure coïncidence, Columbia fête son 250ème anniversaire cette année, et je suis devenu l’historien informatique de fait pour l’occasion, lentement mais sûrement obtenant du matériel pour le site Web C250:

http://www.columbia.edu/c250/

e.g. Hollerith (et bientôt Eckert) comme « Columbians, en avance sur leur temps », ainsi que dans le volume commémoratif (« Stand Columbia »).

Si vous jetez un œil dans les pages de l’histoire de l’informatique, vous verrez que j’ai essayé d’identifier un bon nombre de premières (certaines d’entre elles sont discutables) qui peuvent être revendiquées par Columbia et/ou le Laboratoire Watson à Columbia, comment le premier calcul scientifique automatisé, la fondation de l’ACM et (celle-ci est dans votre domaine) le SSEC, à propos de laquelle il y a une école de pensée qui prétend être le premier vrai ordinateur avec une architecture de von-Neumann (signifiant qu’il était capable de mémoriser des opérations de programme et de mélanger des instructions et des données dans le même espace de rangement, même si ce n’est pas un mode d’opération normal, et même si sa mémoire interne est petite):

http://www.columbia.edu/acis/history/ssec.html

Bien, je ne veux pas que cette note soit trop longue, donc je vais finir en disant que je serais ravi de vous lire et d’incorporer (en y mettant votre nom bien sûr), ce que vous aimeriez ajouter, ainsi que des corrections. J’ai un petit croquis de la biographie ici :

http://www.columbia.edu/acis/history/backus.html

et j’aimerais y donner vie, particulièrement dans n’importe quelles questions autours de Columbia ou du laboratoire Watson (Il y a une discussion actuellement sur le forum Alt.Folklore.Computers sur la date à laquelle les premières installations Fortran on eut lieu Je me demande si vous êtes toujours en contact avec le laboratoire Watson après votre départ et leur ont envoyé les premières versions pour leur 650 ou NORC)

Aussi si vous avez des souvenirs de Wallace Eckert, I pourrais les ajoutés à son profile :

http://www.columbia.edu/acis/history/eckert.html

avant que C250 le rende publique.

Merci !

– Frank

Frank da Cruz
Le projet Kermit
Université de Columbia
612 West 115th Street
New York NY 10025-7799
USA

____________________________
Date : Dim, 11 Juil 2004 15:00:37 -0400 (EDT)
De : Frank da Cruz <[email protected]>
À : « John Backus » <[email protected]>
cc : « Dr. Herbert R.J. Grosch » <[email protected]>
Objet : Histoire de l’informatique à Columbia (Encore)

Bonjour John, Herb [Grosch] m’a encouragé à essayer de vous contacter à nouveau.

Je n’ai pas beaucoup à ajouter à ce premier message, sauf que j’ai fait beaucoup de recherches depuis lors et, comme l’a noté Herb, j’ai du contenu nouveau sur le temps d’Eckert sur l’Observatoire Naval

http://www.columbia.edu/acis/history/navalobservatory.html
http://www.columbia.edu/acis/history/almanac.html
http://www.columbia.edu/acis/history/tableprinter.html

Bien que ces choses n’ont pas grand chose à voir avec Columbia, au delà de la connexion avec Eckert, je trouve que les années de guerre sont fascinantes, probablement parce que mes deux parents étaient à la guerre, et j’ai grandi avec tout ça. J’ai même une petite bibliothèque sur les almanachs de guerre sur mon étagère à livres.

Je regardais à travers le matériel sur Backus sur la toile à l’instant et j’ai remarqué quelques parallèles

  • Vous êtes allé à l’Université de Virginie, mais vous êtes parti plus tôt et vous avez rejoint l’armée. Moi aussi (Je ne sais pas comment était UVA quand vous étiez là mais au début des années 1960, tout ce que nous faisions était boire)
  • Vous aviez eu quelques entraînements techniques dans l’armée ; moi aussi (C’est où j’ai appris le poinçonnage à clé, câblage de carte, etc, et vu pour la première fois Fortran et le *mobile* IBM 1410, où il a était utilisé pour de la programmation pour la première « systèmes d’information de commandement et de contrôle » — je ne sais pas si c’était une bonne ou mauvaise chose mais c’est passé).
  • Vous êtes allé à Columbia après l’armée — moi aussi (Études générales), sur ce qui resté sur mon GI Bill.
  • Vous avez obtenu une licence et master à Columbia ? (Moi aussi) Certains cours que j’ai pris en ingénierie électrique (Nous n’avions pas de département d’informatique à cette époque) étaient les mêmes qui venaient de Herb Grosch et Wallace Eckert (e.g Méthodes numériques), ensuite toujours enseigné par un ex membre du laboratoire Watson.

Comme vous (?) Je me suis retrouvé avec une carrière entièrement inattendue en informatique et je suis ici 35 ans plus tard. Au fait, Eric hankam a eu une expérience similaire à la votre dans l’armée — il a passé tout son temps dans l’armée à l’école ! J’ai son autobiographie ici :

http://www.columbia.edu/acis/history/hankam.html

Quoi qu’il en soit, je serais très reconnaissant pour quoi que vous puissiez apporter de par vos souvenirs, des corrections ou même photographies de votre temps à Columbia, ou quoi que ce soit qui a un rapport. Ma petite biographie de Backus :

http://www.columbia.edu/acis/history/backus.html

c’est encore préliminaire, et je suis sûr que la liste de publication est LOIN d’être complète (au fait, nous avons un manuscrit dans notre bibliothèque de livres rares appelé « Une approche abstraite du problème des quatre couleurs et une théorie des cartes » ; est-ce le votre ?)

Je suppose que votre projet principal au laboratoire Watson était le SSEC. Vous pouvez trouver ce que sur cela ici :

http://www.columbia.edu/acis/history/ssec.html

Je conclus avec une section appelé « Est-ce que le SSEC était le ordinateur avec un programme mémorisé ? » sur quoi j’aimerais avoir vos commentaires. Au fait, il a y un troupeau de trésors sur les souvenirs de la SSEC de l’Université d’État en Caroline du Nord

http://www.lib.ncsu.edu/archives/collections/pdf/brooke_mc268.pdf

Mais il semblerait que le seul moyen d’y accéder serait d’y aller en personne.

Merci !

– Frank

____________________________
De : « john backus » <[email protected]>
À : « ’Frank da Cruz » [email protected]>
Cc : « Dr. Herbert R.J. Grosch’ »<[email protected]>
Objet : RE : Histoire de l’informatique à Columbia (Encore)
Date : Dim, 11 Juil 2004 14:26:03 -0700

Bonjour Frank,

Je m’excuse de ne pas avoir répondu à votre e-mail précédent, mais je l’ai reçu le jour de la mort de ma femme, il y a eu beaucoup d’agitation depuis. Je suis toujours très occupé à travailler pour éditer et publier le livre pas encore fini sur lequel elle travaillé les sept dernières années

J’ai exploré juste un peu de tout ce contenu en ligne que vous présentez, mais ce que j’ai vu est fascinant. C’est vraiment incroyable ce que vous avez réussi de capturer avec tant de petits détails. Je pourrais passé tout mon temps à explorer tous ces liens intrigants que vous fournissez.

C’est incroyable à quel point nos premiers pas coïncidaient. Et c’était vrai quand j’étais là, aussi, tous ceux qui étaient là semblaient ne faire que boire à en devenir des idiots. J’espère que vous n’avez pas redoublé comme je l’ai fait ! Ma « carrière » à Columbia était aussi financé par le GI Bill. Je me spécialisais en mathématiques.

J’ai passé très peu de temps au laboratoire Watson. Mais je me souviens affectueusement de mon travail sur le SSEC. (Bien que je pense que c’est grande exagération que de le considérer comme le premier ordinateur « programme mémorisé » – même si l’un des programmes que j’ai utilisé quelques cellules de stockage spécialement préparé comme source d’instruction après quelques données étaient stockées dans ce dernier.)

J’espère que je puisse vous aider.

Il y a tellement à dire, et si peu de temps, peut-être serait-il plus simple si nous pourrions parler au téléphone. Quand puis-je vous appeler ?

— John

____________________________
Date : Lun, 12 Juil 2004 12:44:27 EDT
de : Frank da Cruz <[email protected]>
À : « john backus »<[email protected]>
Cc : « Dr. Herbert R.J. Grosch » <[email protected]>
Objet : RE : Histoire de l’informatique à Columbia (Encore)

> Je m’excuse de ne pas avoir répondu à votre e-mail précédent, mais je l’ai reçu
> le jour de la mort de ma femme, il y a eu beaucoup d’agitation depuis.
>
C’est la pire chose que je puisse imaginé, je suis désolé. À côté de cela, la nostalgie informatique est sans conséquence.

> Je suis toujours
> très occupé à travailler pour éditer et publier le livre pas encore fini sur lequel elle
> elle travaillé les sept dernières années
>
Ce doit être difficile. Est-ce que je peux vous demander quel est le sujet du livre ?

> J’ai exploré juste un peu de tout ce contenu en ligne que vous présentez, mais
> ce que j’ai vu est fascinant. C’est vraiment incroyable ce que vous avez réussi de
> capturer avec tant de petits détails. Je pourrais passé tout mon temps à explorer tous
> ces liens intrigants que vous fournissez.
>
Merci, c’est la labeur de l’amour — J’avoue être quelque peu nostalgique des jours où les ordinateurs ont été conçus et utilisés par des scientifiques pour résoudre des problèmes importants, en contraste à aujourd’hui, où ils sont principalement des dispositifs de divertissement à domicile et appareils d’achats en ligne.

Ce que je préfère avec ce travail c’est à quel point il attire les personnes qui étaient là, il y a longtemps. Le site apparaît dans les moteurs de recherche, ou quelqu’un leur en parle, et ensuite ils m’écrivent, et c’est comme ça que ça grandi. En plus de ça j’ai eu le plaisir de mettre en contact des collègues qui se sont perdus de vue depuis longtemps (avec leur permission, bien sûr !)

> C’est incroyable à quel point nos premiers pas coïncidaient. Et c’était vrai quand j’étais
> là, aussi, tous ceux qui étaient là semblaient ne faire que boire à en devenir des idiots.
> J’espère que vous n’avez pas redoublé comme je l’ai fait !
>
J’ai vu l’écriture sur le mur et quitta avant que ça arrive — « Vous ne pouvez pas me virer, je démissionne ! » 🙂

Ma « carrière » à Columbia
> était aussi financé par le GI Bill. Je me spécialisais en mathématiques.
>
Le GI Bill était une chose géniale. Sans ça, je ne sais pas ce que mes parents auraient fait après la guerre. Je me suis spécialisé en sociologie, et j’ai vite découvert que personne ne vous paierait pour sauver le monde, et que je me suis retrouvé (après avoir conduit un taxi et d’autres travail surprenants) à l’École d’ingénierie et au Département de Physique de Columbia. Leur section m’a donné des tâches de programmation – dans Fortran bien sûr ! – sur leur premier mini-ordinateur, et m’a encouragé à suivre des cours de troisième cycle. Finalement, j’ai obtenu un diplôme d’études supérieures étant sous exemption de frais de scolarité, j’ai été embauché au Centre Informatique, et j’ai travaillé ici dès lors, faisant supporter à mes deux enfants Columbia sous exemption de frais de scolarité aussi, donc je ne peux pas me plaindre.

> J’ai passé très peu de temps au laboratoire Watson. Mais je me souviens affectueusement de mon travail
> sur le SSEC. (Bien que je pense que c’est grande exagération que de le considérer comme le premier ordinateur
> « programme mémorisé » – même si l’un des programmes que j’ai utilisé quelques cellules de stockage
> spécialement préparé comme source d’instruction après quelques
> données étaient stockées dans ce dernier.) J’espère que je puisse vous aider.
>
Oui, je sais que c’est une exagération 🙂

> Il y a tellement à dire, et si peu de temps, peut-être serait-il plus simple si nous pourrions
> parler au téléphone.

Quand puis-je vous appeler ?
>
N’importe quand entre 9:00 et 13:00 ou entre 14:00 et 18:00, heure de l’est, à part ce jeudi après-midi, j’ai un rendez-vous chez le dentiste

1 xxx xxx-xxxx

Merci de m’avoir répondu !

– Frank

(Je n’ai pas entendu parler de lui après cela.)

Publications choisies :

  • Backus, John W., « Le système de codage rapide IBM 701 », IBM, New York (10 Sep 1953), p.4S
  • Backus, John W., « Le système de codage IBM 701 Speed », Le journal d’association pour l’informatique, Vol.1 No.1 (Jan 1954), p.4-6.
  • Backus, John W., et Harlan Herrick, « IBM 701 codage rapide et autres systèmes de programmation automatique », Symposium sur la programmation automatique pour les ordinateurs digital, Bureau des services techniques, Département américain du Commerce, Washington DC (Mai 1954), p.106-113.
  • Spécifications pour le IBM Mathematical FORmula TRANslating System, FORTRAN, IBM Division des sciences appliquées, New York (10 Nov 1954), 43p.
  • Amdahl, G.M, and J.W. Backus, La conception du système IBM Type 704, IBM Laboratoire d’ingénierie, Poughkeepsie NY (1955), p.11
  • Backus, J.W., et al., Le système de codage automatique FORTRAN, Actes de la conférence de l’informatique occidental 1957, p.188-198.
  • Backus, J.W., La syntaxe et la sémantique de la langue algébrique internationale proposée à Zürich

    ACM-GAMM Conférence, Actes de la Conférence internationale sur le traitement de l’information, UNESCO, 1959, pp.125-132.
  • J.W. Backus, et al., and P. Naur (ed.), Rapport révisé sur le langage algorithmique ALGOL 60, CACM, Vol. 6, p. 1; Le Journal Informatique, Vol. 9, p. 349; Num. Math., Vol. 4, p. 420. (1963)
  • J.W. Backus, « L’histoire de Fortran I, II, et III », Annales de l’histoire de l’informatique, Vol.1 No.1 (Juillet-septembre 1979).

Références :

  • Brennan, Jean Ford, Le laboratoire Watson de IBM à l’Université de Columbia – Une Histoire, IBM (1971)
  • Shasha, Dennis, et Cathy Lazere, Out of Their Minds : Les vies et les découvertes de 15 grands informaticiens, Copernicus / Springer-Verlag, New York (1995), ISBN: 0-387-97992-1.
  • Papiers de John W. Backus 1954-1994, Bibliothèque du Congrès des États-Unis, 2 540 articles

Références sur Fortran et Algol :

  • « Rapport Préliminaire, Groupe de Recherche en Programmation, Division des Sciences Appliquées

    , Société internationale des machines d’affaires, Novembre 10, 1954, Spécifications pour le IBM Mathematical FORmula TRANslating System, FORTRAN », dans Carr. John W. et Norman R. Scott, editeurs, Notes: Conférence spéciale d’été sur les ordinateurs digital et les processeurs de données, Université de Michigan, Collège d’Ingénierie

    (Été1955).
  • IBM 704 Manuel de référence du programmeur Fortran (15 Oct 1956).
  • IBM 704 Logiciel de programmation Fortran (1957)
  • IEEE Annales de l’histoire de l’informatique, Publication spéciale, « Vingt-cinquième anniversaire de FORTRAN », vol.6 No.1 (Janvier1984).
  • Ekman, Torgil, et Carl-Erik Fröberg, Introduction à la programmation Algol (Lärobok i ALGOL), Studentlitteratur, Lund, Sweden (1964) et Université d’Oxford, Londre (1967).

Liens (Tous fonctionnels au 4 septembre 2012):

Nécrologie :

New York Times, Section Business, 20 mars, 2007.

Dernière mise à jour Jeudi 29 Sep 2016 12:04:40

Frank da Cruz / [email protected] / L’histoire de l’informatique à l’Université de Columbia

John Miller
Follow us

John Miller

John has worked in investment banking for 10 years and is the main author at 7 Binary Options. He holds a Master's degree in Economics.
John Miller
Follow us

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *